hiver- neigehiver Veynes
Contact Photothèque Marchés publics Intranet

Culture

Musée du Costume & des Métiers d'Antan

Musée du Costume & des Métiers d'Antan

Ça c'est passé chez nous !

Démonstration de dentelle au fuseau dans la rue Jean Jaurès devant le Musée au n° 24.

Au pied des escaliers de la vieille ville, vous avez découvert le travail des dentelières d'antan et perçu peut-être la magie qui se cachait au bout de ces doigts agiles.

Le musée du costume et des métiers d'antan vous ouvrait ses portes.

Les Jeudis de l'écomusée

Tous les jeudis du mois de Juin

En 2019, l'Ecomusée du Cheminot Veynois vous réserve de multiples surprises.
Tout au long du mois de juin, venez assister aux conférences proposées par la CCBD!


 

Jeudi 6 juin - Salle de la rue Surville - 18h30

"La Rotonde ferroviaire de Chambéry"
Georges JENNY

Depuis 1857, la compagnie des chemins de fer Paris Lyon Méditerranée (P.L.M.) a fait construire dans ses principaux dépôts des rotondes afin d'y remiser et entretenir ses locomotives.Tardivement en 1906, le PLM édifie à Chambéry sa dernière rotonde.
Elle a été la plus grande avec ses 110 mètres de diamètre et pour la première fois, pour sa couverture, on utilise une charpente métallique entièrement articulée de type Eiffel.
Faute d'entretien, elle se dégrade et en 1982 on parle de sa déconstruction. Deux ans plus tard, en 1984, elle est finalement sauvée. Aujourd'hui, après une longue bataille, elle est enfin restaurée. Revivez donc cette histoire...

 

Jeudi 13 juin - Salle de la rue Surville - 18h30

« Clément Aubert, des trains à l'archéologie : une importante collection de céramiques antiques »
Audrey COPETTI

Directeur des chemins de fer tuniso-algériens, membre de sociétés savantes, collectionneur, le gapençais Clément Aubert, vécu de 1877 à 1901 en Algérie. Ingénieur en Chef pour la Compagnie de Construction des Batignoles, il supervisa le déploiement des toutes nouvelles lignes du chemin de fer algéro-tunsien.

Il pratiqua parallèlement une activité archéologique discrète mais relativement zélée, aboutissant à une collection remarquable de céramiques de grande qualité, toutes produites entre les IIIème et Vème siècle apr. J.-C., dans les régions centrales d'Afrique du Nord. Il est difficile de restituer la ou les situations particulières qui ont poussées Clément Aubert à s'intéresser à l'antiquité romaine, à collectionner près de 523 céramiques antiques et à prêter main forte aux institutions archéologiques naissantes en Afrique du Nord. D'autant qu'il nous a laissé que très peu de pistes à ce sujet. Dès lors d'infimes indices ont été convoqués, tels que ses rares archives personnelles, les archives de son employeur, ou encore la liste des membres des sociétés archéologiques et les travaux scientifiques publiés par ses contemporains. Ces éléments ont permis de reconstituer une partie de son parcours de vie, de ses activités professionnelles et de son intérêt pour l'archéologie.

 

Jeudi 20 juin - Salle de la rue Surville - 18h30

"Antoine Mauduit, un parcours de résistant à travers les archives"
Edwige FEBVRE, responsable des publics aux Archives départementales des Hautes-Alpes
Philippe FRANCESCHETTI, professeur agrégé d'Histoire

Les Archives départementales lancent une grande collecte de documents concernant les Hautes-Alpes durant la Seconde Guerre mondiale. C'est l'occasion de se pencher sur une grande figure de la Résistance : Antoine Mauduit. Bien que son nom soit connu, son parcours - de Vichy à la Résistance jusqu'à la déportation - l'est moins. C'est grâce aux archives que son histoire peut être écrite. Edwige Febvre et Philippe Franceschetti reviendront sur l'état des fonds des Archives dans le département et aborderont le parcours, les actions et la pensée de Mauduit, qui sont plus complexes qu'on ne le croit.
Philippe Franceschetti dédicacera son livre (Antoine Mauduit, une vie en résistance, PUG, 2017) qui sera en vente à la fin de la conférence.

 

Jeudi 27 juin - Salle de la rue Surville - 18h30

"Architectures singulières, « les bâtisseurs de l'imaginaire », du Palais Idéal du Facteur Cheval à nos jours"
MAGLIOZZI Marielle, historienne de l'art, Service des expositions du musée Granet d'Aix-en-Provence

Dans le sillage de l'art brut et dans le contexte de la contre-culture des années soixante, de remarquables créations architecturales marginales sont découvertes en France et dans le monde. Le Palais Idéal du Facteur Cheval à Hauterives, le Paradis de Raymond Isidore à Chartres, les tours de Simon Rodia à Los Angeles et bien d'autres constructions insaisissables et inclassables, haute en couleurs, sont mises en lumière. Ces créateurs jouent avec le hasard, accumulent les matériaux hétéroclites, investissent leur demeure et leur environnement quotidien qui deviennent le support idéal à une jubilation artistique affranchie hors du commun. Beaucoup de ces créations sont de nos jours connues et reconnues, objet d'exposition, de films, elles entrent dans les musées alors que leur histoire a débuté dans l'anonymat et souvent le mépris.

À travers cette conférence, il s'agit de faire (re)découvrir ces créateurs autodidactes, bâtisseurs de rêves et leur exceptionnelle ingéniosité dans le réemploi des matériaux, le détournement des objets, des références ou des traditions.


 

RDV dans la salle de la rue Surville à Veynes.
Entrée libre.
Chaque conférence est suivie d'un moment convivial autour d'un verre.

 

Site de l'écomusée du cheminot veynois

Carte communauté de communes

Pour vous abonner indiquez votre mail ci-dessous et cliquez sur inscription